Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
un compteur pour votre site
Demain, dès l'aube...

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

 

Demain, dès l'aube, 

les contemplations,HUGO (1802-1885)



Introduction  :

 

 

      Extrait du livre IV « Pauca meae » (Quelques vers pour ma fille) qui ouvre le 2ème volume « Aujourd’hui ». A une date fictive (3 septembre 1847), veille de la date anniversaire de la mort de sa fille Léopoldine. Le locuteur envisage le trajet qui le mènera sur la tombe de sa fille. Rapporte avec lyrisme et simplicité le trajet du poète. A travers ce voyage physique et spirituel, le poète exprime la douleur qui l’habite en partie atténuée par le pouvoir de la résurrection de l’écriture.

 

Comment Hugo ressent-il la date anniversaire de la mort de sa fille ?

 

I) Le voyage :

 

1? Motif du cheminement (verbes de mouvement, prépositions).

2? Le décor ? De + en + précis (campagne ? Harfleur ? tombe) ? de + en + lumineux.

3? progression dans le voyage et dans le temps. ? Départ le matin, arrivée le soir

? Couleur blanc/noir ? vie/mort

? Verbes au futur ? Structurent le pel ? Le progrès dans le temps est symbolique.

4? L’itinéraire suivi par Hugo.

? Il connaît parfaitement la route, négation de toutes les perceptions (auditives et visuelles)

? Prétérition (v9). ? Lexique de la solitude « seul, inconnu »

=> Ce poème est le récit d’un voyage à venir, d’un pèlerinage.

 

II) Un poème lyrique :

 

1? Omniprésence du « je ».

2? expression des sentiments.

3? expression de la douleur, du pathétique.

? Ce poème tient compte d’un RDV avec la mort.

? Certitude absolue « je sais que tu m’attends ».

? Détermination « je ne puis demeurer ».

? Expression pudique de la douleur.

? Description physique « le dos courbé, les mains croisées » ? repli sur soi-même

=> Poème qui nous touche car il est l’évocation de la douleur suprême. Hugo ressuscite sa fille.

 

III) Le pouvoir d’immortalité de la poésie :

 

1? Dialogue entre Hugo et sa fille morte.

? La fait revivre par les mots.

2? La chute.

? Enjambement des deux derniers vers.

? Aspect musical apaisé du dernier vers ? Aspect symbolique des plantes : houx et bruyère toujours en fleur ? Idée de naissance, de renaissance.

 

IV) Figures de style :

 

« les voiles » v10 ? synecdoque

« l’or du soir » v9 ? métaphore (niée)

« les yeux fixés sur mes pensées » ? métaphore de la méditation

« Je partirai » ; « J’irai par » ? chiasme

 

 



  Conclusion :


    Poème de la douleur retenue, ce texte derrière sa forme en apparence simple, touche. A la fois lyrique et pathétique, il met en avant le pouvoir des mots : faire revivre un proche. Ainsi, au-delà de la tragédie qui a affecté le poète, il y a l’ouverture vers la clarté, vers la lumière qui annonce le dernier livre des Contemplations « Au bord de l’infini », où après les deuils, l’espoir est à nouveau présent.

 

 

( NB : dossier explication emprunté et modifié )

 

 

 

 

 


Partager cette page

Repost 0
Published by

Cours